Peer-Reviewed Journal Details
Mandatory Fields
Ó hIfearnáin, Tadhg
2015
Unknown
La Bretagne Linguistique
La pratique de l'irlandais et la minorité irlandophone
Published
()
Optional Fields
langue irlandaise; politique linguistique; Gaeilge; minority language policy
19
81
97
L’État irlandais a choisi de protéger et de promouvoir sa langue minorisée de manière politique dès la fondation de l’État indépendant (de 1916 au 1922), en faisant de l’irlandais la seule langue « nationale » et par conséquent première langue officielle d’état, à côté de l’anglais, langue majoritaire mais placée au deuxième rang par la Constitution (actuelle) de1937. A l’instar des pratiques européennes de l’époque, notamment la gestion des minorités prévue dans les traités de paix de Paris et garantie par la Société des Nations, telles la protection de la population suédophone des îles Åland en Finlande, ou des droits linguistiques des germanophones de la Haute-Silésie polonaise, l’Irlande a voulu définir le peuple de locuteurs natifs de l’irlandais de manière territoriale, tout en refusant d’admettre l’existence d’une minorité linguistique, l’irlandais étant la langue propre de tous les Irlandais, selon le discours national. La délimitation de la Gaeltacht officielle s’est concrétisée progressivement de 1926 (Rapport de la Commission sur la Gaeltacht) à 1956 (création du Ministère de la Gaeltacht, et la définition légale de son aire de travail). Même si la Gaeltacht (entre territoire et peuple) existe dans le contexte d’une politique nationale en faveur de la revitalisation de la langue et que l’état soutien le choix de s’exprimer en irlandais, le nombre de locuteurs a continué de diminuer. Cet article s’appui sur les résultats d’une enquête entreprit en 2008 par des organismes bénévoles dans 28 communautés de la Gaeltacht (12 721 participants) pour démontrer à quelle point les locuteurs natifs de l’irlandais se considèrent comme une minorité linguistique, et proposera aussi une critique de la définition officielle de la Gaeltacht comme population délimitée par son territoire historique. On veut ainsi identifier des conflits idéologiques subtils mais importants entre le peuple irlandophone et l’état quant à la gestion de la langue irlandaise au XXIe siècle.
1270-2412
http://www.univ-brest.fr/crbc/menu/Editions+du+CRBC/Revue+La_Bretagne_Linguistique/Volume-n-19
Grant Details
Publication Themes
Humanities in Context